Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bienvenue sur le journal de bord de l'île de Quéménès

  • Des nouveautés sur la boutique

    Nous avons ré-ouvert la boutique en ligne. Pour l'instant il n'y a pas de patates, il faudra attendre septembre pour pouvoir les commander, mais grâce aux dernières grandes marées nous avons pu récolter et faire sécher les algues de printemps.

    IMG_4531.jpg

    Récolte de laitue de mer, qui entre dans la composition de notre mélange pour risotto.

    IMG_4238.jpg

    Récolte de haricots de mer.

    Nous avons également récolté et fait sécher du haricot de mer, qui, une fois réhydraté quelques minutes dans de l'eau tiède, vous permettra de préparer très facilement un excellent accompagnement pour vos viandes blanches et vos poissons.

    1. Réhydratez les haricots 5 minutes dans de l'eau tiède :
    2. Egouttez les haricots et faites les sauter à la poêle quelques minutes.
    3. Ajoutez une gousse d'ail émincée et 3 cuillères à soupe de crème fraîche, c'est prêt !

    IMG_0786.jpg

    Le haricot de mer Himanthalia Elongata est riche en vitamine C et en fibres. Vous pouvez commander nos sachets de haricots de mer séchés ici : Sachet de 40g de Haricots de l'île de Quéménès.

    Nous sommes très heureux de vous présenter également le fruit de notre collaboration avec la célèbre marque Finistérienne à la petite bigoudène "A l'aise Breizh" : le torchon Ferme Insulaire de Quéménès : 

    Torchon.jpg

    Si vous cherchiez un petit cadeau à faire à votre papa ou votre maman pour leurs fêtes, vous pouvez le commander et le faire livrer directement chez eux en cliquant ici : torchon Ile de Quéménès.

     

     

     

    Lien permanent Ecrire un commentaire 2 commentaires

  • Une île en fleurs

    L'épidémie de myxomatose de la fin de l'été dernier a permis de faire diminuer la population lapinesque de l'île d'environ 2000 lapins estimés à moins de 150 individus. Alors avec autant de bouches en moins à nourrir, la pression sur la flore de l'île a fortement diminué, et toutes les plantes, herbes et végétaux divers et variés s'en donnent à coeur joie, pour notre plus grand plaisir :

    montage fleurs.png

    Il y a même des pâquerettes autour de la maison... C'est le bonheur ! 

    La prairie d'arméries maritimes qui est à la pointe Ouest de l'île sera bientôt en fleurs également, cela fait 3 ans que nous ne l'avons pas vue toute rose, nous avons hâte ! 

    Lien permanent Ecrire un commentaire 4 commentaires

  • Le buttage des patates

    "- et pourquoi est-ce que vous buttez vos patates ?

    - c'est pour éviter qu'elles ne crient quand on les épluche."

    Je sais bien que je vous la fais tous les ans, mais elle nous fait rire à chaque fois. 

    Bon alors, soyons un peu sérieux : le buttage, qu'est-ce que c'est, et à quoi ça sert ?

    Le buttage des patates consiste à ramener de la terre sur les plants de patates de manière à former une butte. Ceci a pour but de protéger les tubercules qui vont se former de la lumière, et ainsi d'éviter leur verdissement. Le buttage améliore le rendement en tubercules de chaque plant, et augmente la surface de terre qui est exposée au soleil, permettant de mieux chauffer le sol. Et les petites patates aiment quand c'est chaud. J'ai dû être patate dans une vie précédente.

    DSC_0075.jpg

    DSC_0077.jpg

    DSC_0093.jpg

    DSC_0104.jpg

    DSC_0083.jpg

    L'inconvénient pour nous, c'est qu'une fois que les buttes sont formées, on ne peut plus passer la bineuse pour désherber entre les rangs. Et comme nous n'utilisons aucun produit chimique, il ne nous reste plus que nos mains pour continuer à désherber entre les plants. C'est un peu long et surtout très fatiguant, mais c'est ce qui nous permet d'avoir une si belle qualité de pommes de terre.

    DSC_0097.jpg

    Pendant que David passe la butteuse, je désherbe entre les plants.

    IMG_4586.jpg

    IMG_4587.jpg

    C'est encore loin le bout du rang ?

    IMG_4586.jpgDavid a fait un premier passage de butteuse, nous sommes en train de désherber les rangs à la main, et ensuite il fera un deuxième passage (dès que le soleil sera de retour) pour que tout soit bien butté.

    Lien permanent Ecrire un commentaire 1 commentaire

  • C'est le printemps

    Ami de la patate, Bonjour !

    Les (délicieuses) patates sont en pleine croissance, et depuis qu'elles sont sorties de terre, on ne les arrête plus ! Il faut dire qu'entre le soleil et les averses, elles ont des conditions idéales pour bien grandir. Nous avons du coup passé un deuxième coup de bineuse cette semaine, pour déraciner les herbes qui poussent entre les rangs, et nous avons commencé le désherbage manuel entre les plants. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point la terre peut être basse cette année. Malgré les courbatures, quel plaisir ça nous fait de voir toutes ces belles patates sortir de terre. Et toute cette herbe qui pousse, et ces fleurs qui sortent de partout ! Depuis que les lapins ont attrapé la myxomatose et que leurs effectifs ont nettement diminué, l'île revit, et nous aussi.

    Regardez comme elles sont belles ces petite feuilles qui sortent de terre :

    DSC_0034.jpg

    Nous avons embauché des gardes du corps pour surveiller le champ. Nous avons appelé celui-ci 007, parce que nous lui avons donné le permis de tuer tout animal à grandes oreilles qui s'approcherait à moins de 50m des (délicieuses) patates.

    DSC_0035.jpg

    Les petites patates sont rassurées et profitent des conditions météo idéales pour s'épanouir :

    DSC_0038.jpg

    Quand on habite sur une île où il n'y a pas d'arbres, c'est toujours difficile de se situer dans les saisons, parce que l'on ne voit pas les arbres verdir, ni les feuilles tomber. Heureusement, nous avons nous aussi quelques indices qui nous permettent de nous situer dans l'année, et parmi ceux qui nous annoncent l'arrivée des beaux jours, il y en a un particulièrement agité et bruyant qui est arrivé à l'Est de la cale : 

    DSC_0054.jpg

    C'est l'arrivée des Sternes ! Elles viennent s'installer sur le cordon de galets pour se reproduire. Alors depuis cette semaine, nous demandons à nos hôtes de ne plus marcher sur le cordon de galets, pour ne pas les déranger. Nous non plus nous n'y circulerons plus tant que les petits ne seront pas prêts à s'envoler avec leurs parents. Un panneau au niveau de la cale, et un autre en contre-bas de la descente, informent les visiteurs et leur demandent de ne pas entrer dans cette zone.

    Les huitriers pie aussi sont arrivés et vont également profiter du calme de Quéménès pour élever leurs petits. Mais pour l'instant, c'est l'heure du petit déjeuner :

    DSC_0046.jpg

    Gaston a perdu une défense (il s'est pris pour 008) ; vous croyez que si on la met sous son oreiller, la petite souris va lui donner un sou ?

    DSC_0052.jpg

    Ne t'inquiète pas mon Gaston, t'es quand même le plus beau, même avec une seule défense.

    Il reste des séjours à la maison d'hôtes disponibles pour les mois de mai et juin, toutes les infos et les disponibilités sont ici : http://www.iledequemenes.fr/fr/quemenes-chambres ou par téléphone au 06 63 20 15 08.

    Bon week-end sous le soleil et à bientôt,

    Soizic.

     

     

     

    Lien permanent Ecrire un commentaire 3 commentaires

  • Des plumes, des moustaches et des écailles

    Bonjour à tous,

    Cela fait 15 jours que nous avons ouvert la maison d'hôtes, et je m'émerveille encore, en cette 9ème saison, de la diversité des gens que nous pouvons rencontrer. Rien que ces 3 derniers séjours ont été tellement différents qu'il est difficile de croire que tout se soit passé en si peu de temps ! Nous avons eu un séjour très technique, suivi d'un séjour un peu déjanté, et avons le plaisir cette semaine de partager un séjour de retrouvailles. Nous avions également des étudiants de la filière Image & Sons de l'université de Brest qui réalisaient un reportage sur Quéménès. Peut-être retrouverons-nous cette diversité dans le sujet qu'ils sont en train de monter ? Nous avons hâte de voir ce qu'ils ont fait et leur souhaitons bon courage pour la suite de leur cursus. Vus l’efficacité et le professionnalisme avec lequel ils ont abordé ce tournage, nous ne doutons pas qu'ils réaliseront de très belles choses.

    Et pendant ce temps, des petits oisons sortaient de leurs œufs :

    DSC_0014.jpg

    Des petites patates sortaient leurs germes :

    DSC_0020.jpg

    C'hrommig faisait la course avec les goélands :

    DSC_0007.jpg

    L'aquarium reprenait sa place dans la cuisine de la maison d'hôtes :

    IMG_4373.jpg

    Un phoque surveillait qui arrivait à Quéménès : 

    IMG_4462.jpg

    Le soleil nous offrait le spectacle de son lever : 

    DSC_0031.jpg

    Et David et les enfants s'adonnaient à un drôle de rituel :

    IMG_4475.jpg

    Allez-vous deviner ce que signifient leurs pavillons ?

     

    Lien permanent Ecrire un commentaire 10 commentaires

  • Partez !

    Notre planning de réservations n'a jamais été aussi peu rempli à 10 jours de l'ouverture de la saison. D'habitude, en Janvier, il est déjà très difficile de trouver un séjour encore disponible pour venir nous voir, mais cette année, à la veille du début de la saison, nous n'avons que 41% des séjours de réservés. J'en ai parlé avec d'autres professionnels du tourisme, des hébergeurs, des restaurateurs, des prestataires de service, et tous me confirment cette tendance : les réservations tardent, le weekend de pâques a été tristounet, la saison s'annonce morose. Certains spécialistes évoquent les attentats et l'ambiance actuelle qui ne se prête pas aux loisirs, d'autres évoquent un calendrier sans ponts en mai qui n'incite pas à se projeter.

    Alors moi, je dis non.

    Je veux vous dire qu'il faut arrêter de croire les journaux qui vous assènent à longueur de temps que l'économie va mal, qu'il n'y a plus de sous, que l'ambiance générale est à la mélancolie.

    Je veux vous dire que ce ne sont pas des lois, des discours et des promesses qui vont relancer l'économie, c'est vous. Lorsque vous partez en week-end, c'est tout un monde que vous faites vivre.

    Vous louez une chambre ? Vous faîtes vivre un hôtel avec son hôtesse d'accueil, son personnel d'entretien. Vous déjeunez dans un restaurant ? Vous participez à la formation d'un apprenti, au paiement du loyer et des factures d'électricité de l'établissement. Ce restaurant en plus se fournit en produits frais auprès de producteurs locaux, alors vous permettez aussi à des pêcheurs, à des agriculteurs de vivre. En sortant, vous vous arrêtez à cette petite boutique pour acheter des cartes postales pour vos frères et soeurs, et un petit souvenir pour vos neveux. Oh, ce n'est pas grand chose, mais en envoyant cette carte postale, vous faites découvrir ce village dans lequel vous vous plaisez tant à vos proches, et cela va leur donner envie de venir aussi. Grâce à vous, l'hôtel aura une autre chambre de louée au printemps prochain, et pourra du coup prendre cette jeune fille si dynamique en contrat d'alternance.

    Et alors grâce à vous, grâce à ce petit week-end, pas très loin, pas très cher non plus, c'est toute une économie qui se met en place. Grâce à vous, les producteurs dont nous parlions tout à l'heure ont fait une très bonne saison et sont à leur tour partis en vacances. Les sous qu'ils ont gagnés grâce à vous, ils les ont dépensés à leur tour et ont fait fonctionner d'autres entreprise, d'autres artisans, d'autres producteurs. 

    Quand vous partez en vacances, en week-end, non seulement vous vous faites du bien, vous vous reposez, vous découvrez de nouveaux horizons, mais en plus, vous aidez votre pays à fonctionner, vous participez activement à la relance de l'économie. Et pour cela, tous les entrepreneurs vous disent un grand MERCI ! 

     

     

    Lien permanent Ecrire un commentaire 13 commentaires

  • Les algues, ce n'est pas bon qu'à manger.

    Il y a quelques semaines, Tiphaine Chalaron nous envoyait un mail pour nous demander si nous pouvions lui fournir des algues pour ses savons. Bon, nous n'en avions plus parce que vous aviez déjà tout mangé, mais l'idée d'utiliser nos algues autrement que pour les manger nous plaisait, et je suis donc allée la rencontrer dans son atelier.

    Tiphaine et savons.jpg

    ©Route mandarine

    Tiphaine a créé son atelier de savonnerie artisanale à Porspoder, dans le Finistère. Elle y réalise des savons en utilisant la technique de la saponification à froid (ça doit rappeler des cours de chimie à certains d'entre vous). Une méthode naturelle qui garantit un savon très hydratant. Tiphaine va plus loin dans la démarche en n'utilisant que des huiles et des ingrédients bio, pour garantir à ses clients un produit le plus sain et le plus naturel possible.

    affiche 2013.jpg

    Alors on a beaucoup papoté. Vous savez, il y a des gens que vous rencontrez pour le première fois, et vous avez l'impression que vous les connaissez depuis toujours ? Tiphaine m'a expliqué toutes les étapes de la production de ses savons, et je lui ai parlé des nos algues, de ce que l'on avait remarqué des propriétés de chacune, etc. Après plus de deux heures de conversation, nous étions persuadées l'une et l'autre que nous pourrions faire un très beau produit ensemble, un savon qui allierait nos connaissances et nos expériences respectives pour vous proposer un grand moment de détente et de douceur. Alors nous y travaillons, et dès que nous aurons réussi à mettre au point la recette, nous ne manquerons pas de vous la faire découvrir à la maison d'hôtes et sur la boutique en ligne. En attendant, je vous invite à parcourir le site de Route*Mandarine, la marque des savons de Tiphaine : Savonnerie Route Mandarine.

    Cette rencontre m'a permis de me rendre compte que je ne m'étais jamais intéressée aux propriétés cosmétiques des algues, alors que nos voisins les Ouessantins ont une usine dans laquelle ils transforment des algues de l'île en une crème qui, dixit mon amie Claire: "est prodigieuse". Cela fait bien au moins deux ans que j'avais eu cette discussion avec elle sans jamais m'y intéresser plus que cela. Alors la semaine dernière, je suis allée sur le site de Nividiskin pour découvrir leurs produits j'ai commandé la crème pour le corps et le baume tempête pour le visage. En lisant "baume tempête" je m'attendais à une crème très lourde et très grasse un peu comme la crème Neutrogena pour les mains, mais deux jours plus tard, je recevais une crème très très légère, qui pénètre rapidement dans la peau et est du coup vraiment agréable à utiliser. 

    baume-tempete-parfume-50-ml.jpg

    Bon alors pour voir si cette crème est à la hauteur de ce qu'elle annonce, j'ai donné de ma personne. Pendant 10 jours, j'ai appliqué ma crème habituelle sur la moitié (gauche) de mon visage, et j'ai appliqué la crème Nividiskin sur la moitié droite. Et bien je peux vous le dire, j'ai la moitié droite du visage qui est maintenant plus douce que la gauche. Donc quand vous me ferez la bise, préférez m'embrasser la joue droite que la joue gauche.

    Nividiskin travaille actuellement sur un gel douche qui devrait être prêt pour le printemps et que nous vous ferons tester dans la salle de bain de la maison d'hôtes dès qu'il sera disponible. En attendant, vous pouvez découvrir tout l'univers de la marque Nividiskin sur leur site : http://www.nividiskin.com.

    Je vous fais des bisous tous doux, iodés parfumés et vous souhaite un très agréable weekend de pâques,

    Soizic.

     

     

     

    Lien permanent Ecrire un commentaire 3 commentaires

  • Les néo-paysans, et les néo-gourmands.

    Ce sont Lucille et Gaspard qui m'ont appris que j'étais une néo-paysanne. Je ne suis pas issue de milieu agricole, mais j'y ai créé mon activité et m'y sens bien. Lucille et Gaspard ont 50 ans à eux deux, ont fait de brillantes études, et sont comme deux rayons de soleil qui illuminent tous ceux qu'ils croisent. Ils ont décidé il y a 2 ans de parcourir la France pour aller à la rencontre de ces nouveaux agriculteurs. C'est ainsi que nous les avons rencontrés, que nous avons partagé quelques jours à Quéménès, échangé nos avis, nos envies, nos idées sur ce nouveau modèle agricole qui devient de moins en moins marginal. C'est un tour de France passionnant, et émouvant que retracent Lucille et Gaspard dans leur livre : "Les néo-paysans", aux éditions Seuil. 

    9782021297287.jpg

    180°C a publié en février un numéro spécial intitulé:"Food reconversions, le grand re-bon-d" dans lequel vous pourrez retrouver une page sur notre aventure parmi des dizaines d'autres exemples passionnants. On aime toujours autant le choix des mots, la qualité des photos, la mise en page élégante de 180°C qui subliment chacun des sujets.

    CouvSeule180C-HS-Reconv-BD-225x300.jpg

    Voilà donc un peu de lecture pour les vacances de pâques, mais prévenez votre entourage que vous risquez d'avoir envie de changement en refermant ces livres ! 

    Lien permanent Ecrire un commentaire 0 commentaire

  • Le retour des cochons (Pig Wars épisode 2)

    Nous avons passé l'hiver sur le continent avec les enfants, et Gaston et Fernand, nos deux cochons. Nous rentrons à Quéménès dans une semaine, et avons profité du temps calme de cette semaine pour ramener nos deux gorets sur l'île.

    Pendant qu'ils faisaient la sieste : 

    Gaston & Fernand from Ferme insulaire de Quéménès on Vimeo.

    Nous avons placé leur caisse de transport à la sortie de leur maison. Et puis nous les avons poussés à sortir, pour qu'ils se retrouvent tous les deux dans la caisse. Nous avons chargé la caisse dans le camion, puis du camion dans le bateau.

    DSCN3298.jpg

    Et c'est parti ! En route pour Quéménès ! 

    DSCN3300.jpg

    (ils sont là incognito)

    Arrivés à la cale, il a fallu décharger la caisse avec notre tracteur John, et emmener tout ce petit monde jusqu'à la ferme. Les oies ont fait une haie d'honneur pour saluer le retour des deux mascottes.

    Le problème, c'est que pendant le voyage, les cochons se sont tournés et retournés, mais que l'entrée de la caisse n'est pas large. Fernand a maintenant le derrière devant la porte, et ne voit donc pas la sortie. Gaston voit bien la sortie, mais comme Fernand a son gros derrière devant, il ne peut pas y accéder. Et comme Fernand a le mal de mer, il n'a pas très envie de bouger, et ne comprend d'ailleurs pas pourquoi Gaston s'énerve ! Ils auraient pû rester un moment comme ça... Mais David a sorti une arme redoutable : une patate ! La dernière de la saison.

    DSCN3307.jpg

    Gaston, voyant son pêché mignon (il a regardé à deux fois, croyant que c'était un mirage), n'a pas hésité à donner un violent coup de tête sur les fesses de Fernand pour pouvoir passer... et les voilà tous deux enfin sortis. Je ne sais pas comment nous allons faire l'année prochaine, mais je doute que nous réussissions à nouveau à les faire entrer dans la caisse ! Le principal pour l'instant c'est que les cochons ont retrouvé leurs poules et toutes les petites odeurs de Quéménès, ils sont ra-vis ! 

    DSCN3309.jpg

    Lien permanent Ecrire un commentaire 5 commentaires

  • les patates 2016 sont plantées !

    Nous nous sommes dépêchés de terminer de planter les pommes de terre avant le mauvais temps de ce weekend. Nous avons terminé mercredi soir, juste avant que le soleil ne se couche :

    IMG_4090.jpg

    Voilà les plants ; je les prends dans la caisse pour les mettre dans les godets de la planteuse. Le soc de la planteuse ouvre le sol, le godet dépose le plant, et les rasettes referment le sillon à l'arrière.

    #patates2016 (1) from Ferme insulaire de Quéménès on Vimeo.


    Mais nous ne sommes pas seuls ; les oiseaux nous suivent et se régalent des vers qu'ils trouvent après notre passage !

    #patates2016 (2) from Ferme insulaire de Quéménès on Vimeo.

    IMG_4091.jpg

    IMG_4092.jpg

     

    Les petites patates auront une jolie vue sur l'île de Litiry !

    IMG_4097.jpg

    IMG_4099.jpg

    IMG_4103.jpg

    Après leur sieste, nos assistants viennent vérifier que les petites patates sont bien plantées :

    IMG_4114.jpg

    IMG_4115.jpg

    Celle-ci, par exemple, va être soigneusement enterrée par Chlo et Juju.

    IMG_4096.jpg

    IMG_4121.jpg

    Il est 18h28, nous avons terminé de planter toutes les patates ! Nous avons planté 1 tonne 500 de plants, qui devraient donner entre 10 et 15 tonnes de (délicieuses) pommes de terre dans 4 mois.

    IMG_4127.jpg

    IMG_4135.jpg

    Il est trop tard pour rentrer maintenant sur le continent. Nous allons dormir à Quéménès et partirons demain matin directement à l'école :

    IMG_4136.jpg

    Lien permanent Ecrire un commentaire 7 commentaires